2013 | Trahison

Trahison

Harold Pinter: TRAHISON

Emma est la femme de Robert, mais elle est aussi l’amante de Jerry, qui se trouve être le meilleur ami de son mari. Cette situation, empruntée au vaudeville ou au mélodrame, est traitée par Pinter avec le réalisme froid et la distance amusée de celui qui démonte et remonte les mécanismes de la trahison: de la passion effrénée à la trivialité des arrangements pratiques, des mensonges anodins à la création d’un univers fantasmé, relations offi- cielles et officieuses se télescopent au fil des scènes, dévoilant peu à peu la multiplicité des trahisons particulières. A l’évidence, tout le monde peut se tromper.

«Nous avons souvent entendu ce vieux cliché usé: ‘le manque de communication’… Moi, je crois le contraire. Je crois que nous ne communiquons que trop bien, dans notre silence, dans le non- dit, et que ce qui se passe est une continuelle évasion, un combat désespéré d’arrière-garde pour nous protéger. La communication fait trop peur. Entrer dans la vie de quelqu’un d’autre est trop effrayant. Révéler aux autres notre pauvreté intérieure est une possibilité trop terrifiante.» Harold Pinter

du 25 avril au 1er mai 2013
relâche lu 29 
20h30, di 17h00

café-théâtre Le Bilboquet Fribourg (site)
20.– | 15.–

mise en scène David La Sala
avec Camélia Delaloye, Benoît Frachebourg, Paul Pignat, François de Raemy, Yan Walther
regard extérieur Julien Schmutz
scénographie Jeremy Montico
création lumière Damian Vogel
création vidéo Xavier Lambiel, David La Sala
costumes Noémy Menyhart
affiche Benoît Frachebourg
remerciements L’Arche Éditeur, brillantine.ch

Cie théâtrale